21Avr

Visite de la papeterie Clairefontaine – Etival (88)

Le 31 Mars 2016

La Papeterie de Clairefontaine est une société française de papeterie fondée en 1858 dans les Vosges, à Étival Clairefontaine. Elle fait partie du groupe Exacompta Clairefontaine. Tout le monde connaît les papiers et cahiers Clairefontaine, mais ce que l’on sait moins, c’est que la production de la célèbre marque se fait depuis plus de 150 ans, dans l’usine familiale d’Etival-Clairefontaine. En 1858, Jean-Baptiste Bichelberger choisit le site d’Étival-Clairefontaine pour y installer sa fabrique de papier. La rivière fournit l’eau et l’énergie, la forêt apporte le bois : l’entreprise prospère rapidement. 
Les premiers articles de papeterie, des enveloppes et des cahiers sont commercialisés à la fin du 19ème siècle. À partir de 1950, reconnue pour sa qualité, Clairefontaine devient la référence en matière de cahiers d’écoliers.

Les difficultés de recrutement :

L’entreprise éprouve des difficultés à recruter, comme de manière générale l’ensemble du secteur industriel. Il n’y a pas de turnover dans l’entreprise (ancienneté moyenne 20 ans) mais la pyramide des âges (45 ans) malgré son rajeunissement, oblige à assurer le renouvellement des salariés et à assurer la transmission des savoirs faire. L’essentiel des salariés est en CDI, à temps plein. L’origine de ces difficultés est diverse :

* L’image négative du milieu industriel,

* L’attractivité du territoire,

* Le manque de reconnaissance des filières professionnelles au niveau des orientations (bac pro) renforcé également par l’image encore négative de l’apprentissage,

* L’image du secteur papetier qui souffre encore de son passé de pollueur et de destructeur de forêt !

* Les récentes fermetures de papeteries vosgiennes qui font « Mauvaise presse » (« UPM » à Docelles ou « la Papeterie des chatelles » à Raon l’étape).

Pour essayer de pallier ces difficultés l’entreprise a recours à différents outils :

* Organisation de visite avec les établissements scolaires pour susciter des vocations et rétablir les réalités sur les aspects écologiques de cette industrie (label, recyclage, station d’épuration…)

* Participer à l’ensemble des salons et des métiers pour informer les étudiants sur les opportunités de la filière. Mise en place d’une communication dynamique (dépliant : ça déchire !)

* Partenariat avec des entreprises d’intérimaires spécialisées dans la réinsertion

* Sessions bimensuelles à Pôle emploi pour déceler des potentiels motivés par l’intermédiaire de mise en situation et de tests. En moyenne 10% des candidats convoqués, peuvent être recrutés.

Le mode de recrutement idéal demeure la voie de l’apprentissage, notamment avec le CFA de Gérardmer.

Les salariés recrutés par d’autres canaux peuvent bénéficier de certification et qualification interne. Enfin, le métier est évolutif et peut permettre à un salarié de prendre des responsabilités rapidement selon ses performances et ses compétences. La promotion interne est une priorité.

12439439_1152721358084910_89613656396636637_n 12670889_979075608827274_3011017962238255852_n 12938324_1152721364751576_8046178672060722033_n

 

Laisser un commentaire