29Mai

Conférence Petit-Déjeuner – 27 Avril 2016

Le 27 Avril 2016 a eu lieu notre deuxième conférence petit-déjeuner à l’Excelsior sur le thème du Télétravail 
Nous avons eu l’honneur d’accueillir :
Madame Carole MATARAZZO, Chef de Projet RH chez GRT Gaz  & Monsieur Philippe MARCHAL, Manager Stratégique à la CPAM de Meurthe-et-Moselle
afin de répondre à la problématique :
«TELETRAVAIL : ENTRE AUTONOMIE ET CONTRÔLE, QUEL IMPACT POUR LE MANAGEMENT ?»
Nous vous proposons, pour ceux qui l’auraient manqué, un compte rendu de cette conférence

Intervention de Carole MATARAZZO, chef de projet RH chez GRT Gaz :

Carole MATARAZZO voit dans le télétravail un levier stratégique de performance qui soulève des enjeux de transformations dans l’organisation.

« Pourquoi travailler de chez soi ? »

Les RH doivent devenir acteurs de l’engagement des salariés dans l’émergence et la pratique du télétravail, c’est pour cette raison que GRT Gaz a mis en place des groupes de travail. Les salariés ont ainsi été sollicités pour donner leurs suggestions et leurs idées à propos du télétravail. Cette démarche de co-construction semble être une des conditions indispensables à la réussite de la pratique du télétravail dans une organisation.

Le télétravail répond à des aspirations grandissantes, aussi bien du côté des salariés que des employeurs et des collectivités.

Carole MATARAZZO nous présente le projet de télétravail comme « une expérimentation au service de la qualité de vie au travail » en matière de transport, d’équilibre vie privée / vie professionnelle et de concentration. Il permet également à l’entreprise d’acquérir des compétences ne se trouvant pas sur la même géolocalisation.

Quel coût ?

Investir dans le télétravail implique en retour de la performance. Cette dernière est difficile à mesurer notamment en ce qui concerne l’impact du télétravail sur le micro absentéisme.

Le télétravail peut être une solution en ce qui concerne le manque d’espace de travail dans les locaux de l’entreprise.

Des bonnes pratiques

Carole MATARAZZO a partagé des « bonnes pratiques » mises en place chez GRT Gaz. Des règles dans un cadre d’accord sont incontournables pour la réussite du projet. Tout comme le fait de réunir des conditions préalables afin que le télétravail soit efficace et performant.

Il faut également s’interroger sur le partage entre le temps de télétravail et le temps de présence en entreprise et de l’impact que cela peut avoir sur le collectif. GRT Gaz a limité le télétravail à 2 jours maximum par semaine.

Enfin il est important de communiquer sur des critères d’éligibilité pour s’assurer d’un sentiment d’équité des salariés qui ne peuvent pas pratiquer le télétravail du fait de leur métier obligeant leur présence sur le site. Un des critères chez GRT Gaz est de justifier d’une ancienneté minimum de 6 mois.

Et aujourd’hui ?

Le télétravail fait à l’heure actuelle l’objet de consensus dans l’entreprise. Il est nécessaire d’avoir des « réseaux d’alertes » notamment sur les difficultés que peuvent rencontrer certains télétravailleurs mais aussi des enjeux beaucoup plus sociaux et légaux. Quelques exemples : la responsabilité de l’employeur concernant les conditions de sécurité et d’hygiène, sur les enjeux managériaux en matière d’autonomie et de co-construction d’un projet d’entreprise.

Intervention de Philippe MARCHAL, manager stratégique à la CPAM de Meurthe-et-Moselle

A la CPAM, le télétravail est actuellement dans une phase de protocole qui fait suite à une expérimentation débutée en 2013. Sur un effectif de 650 salariés, on compte 5 télétravailleurs, 3 salariés engagés dans l’expérimentation et 3 salariés identifiés comme de potentiels télétravailleurs.

Télétravail versus travail nomade (travail à distance)

M. MARCHAL constate une évolution des enjeux autour du télétravail, alors que le 1er enjeu apparu a été celui de l’espace de travail et d’économie de mètres carrés. Il semble qu’aujourd’hui cet enjeu soit passé au second plan derrière la qualité de vie au travail. En effet, le télétravail a par exemple permis à des travailleurs de passer d’un temps partiel à un temps plein.

Pour lui, être conscient des difficultés et les identifier est la condition permettant la réussite d’un projet de mise en place du télétravail dans une organisation.

La première difficulté apparue a été celle de convaincre les collègues des télétravailleurs que ces derniers ne travaillent pas moins qu’eux et qu’ils ne sont pas moins contrôlés. Ses propos rejoignent ceux de Mme MATARAZZO concernant l’importance de maintenir un sentiment d’équité au sein de l’entreprise.

Le RH doit également vérifier que la personne pouvant bénéficier du télétravail supporte l’isolement provoqué par ce statut ou encore que le réseau informatique permet bien le travail à domicile. Avec une vigilance toutefois, être télétravailleur ne signifie pas ne plus faire partie de l’équipe.

Le télétravail soulève encore des craintes : chez les employeurs avec la possibilité d’accidents du travail au domicile du télétravailleur mais aussi chez les organisations syndicales avec une perte de communication avec le télétravailleur.

Le télétravail : une question de contrôle ?

Philippe MARCHAL affirme que non, pour lui, le télétravail n’est pas une question de contrôle mais de changement de lieu. Cette question fait débat au sein des employeurs. Comment ne pas se poser la question : « mon salarié est-il en train de travailler ? ».

Il ne faut pas chercher à opposer autonomie et contrôle, tout est une question de confiance.

Il revient également sur l’équité, clé de voûte selon lui de la mise en place du télétravail. Le télétravailleur doit bénéficier des mêmes formations, du même accompagnement et des mêmes informations. Le critère d’éligibilité est également important : « l’emploi permet-il le télétravail ? ».

 

Pour conclure son intervention, l’intervenant identifie 4 facteurs clés de succès :

  • Envie et accompagnement (démarche participative) ;
  • Formation (être télétravailleur s’apprend, cela ne s’improvise pas) ;
  • Retour régulier ;
  • Contacts et échanges (le télétravail ne doit pas nuire à la collaboration).

 

Les débats

 

Suite aux discours des intervenants, un débat animé a eu lieu dans la salle :

« Le télétravail est-il marginal ? » « Le télétravail : une demande du salarié avant tout ? Quel intérêt pour l’entreprise ? » « Quand est-il pour la sécurité informatique »

« Le télétravail accélère-t-il la robotisation ? »

 

Pour conclure, il est évidemment que le télétravail fait encore débat et fait face à des opposants mais il n’en reste pas moins une solution d’avenir notamment pour la nouvelle génération qui recherche un équilibre de plus en plus fort entre la vie personnelle et professionnelle.

 

Nous remercions les deux intervenants, Carole MATARAZZO et Philippe MARCHAL qui ont permis de nous éclairer sur le télétravail, thématique qui devient de plus en plus à la mode et dont tout le monde parle. Nous remercions aussi le groupe conférence Petit-Déjeuner pour leur accueil et leur organisation sur cette matinée, ainsi que les personnes présentes pour leur question et leur attention.

IMG_0955 IMG_0962 IMG_0958 IMG_0960 IMG_0957 IMG_0964 IMG_0959 IMG_0956 IMG_0963

 

 

Laisser un commentaire