Le 31 Mars 2016

La Papeterie de Clairefontaine est une société française de papeterie fondée en 1858 dans les Vosges, à Étival Clairefontaine. Elle fait partie du groupe Exacompta Clairefontaine. Tout le monde connaît les papiers et cahiers Clairefontaine, mais ce que l’on sait moins, c’est que la production de la célèbre marque se fait depuis plus de 150 ans, dans l’usine familiale d’Etival-Clairefontaine. En 1858, Jean-Baptiste Bichelberger choisit le site d’Étival-Clairefontaine pour y installer sa fabrique de papier. La rivière fournit l’eau et l’énergie, la forêt apporte le bois : l’entreprise prospère rapidement. 
Les premiers articles de papeterie, des enveloppes et des cahiers sont commercialisés à la fin du 19ème siècle. À partir de 1950, reconnue pour sa qualité, Clairefontaine devient la référence en matière de cahiers d’écoliers.

Les difficultés de recrutement :

L’entreprise éprouve des difficultés à recruter, comme de manière générale l’ensemble du secteur industriel. Il n’y a pas de turnover dans l’entreprise (ancienneté moyenne 20 ans) mais la pyramide des âges (45 ans) malgré son rajeunissement, oblige à assurer le renouvellement des salariés et à assurer la transmission des savoirs faire. L’essentiel des salariés est en CDI, à temps plein. L’origine de ces difficultés est diverse :

* L’image négative du milieu industriel,

* L’attractivité du territoire,

* Le manque de reconnaissance des filières professionnelles au niveau des orientations (bac pro) renforcé également par l’image encore négative de l’apprentissage,

* L’image du secteur papetier qui souffre encore de son passé de pollueur et de destructeur de forêt !

* Les récentes fermetures de papeteries vosgiennes qui font « Mauvaise presse » (« UPM » à Docelles ou « la Papeterie des chatelles » à Raon l’étape).

Pour essayer de pallier ces difficultés l’entreprise a recours à différents outils :

* Organisation de visite avec les établissements scolaires pour susciter des vocations et rétablir les réalités sur les aspects écologiques de cette industrie (label, recyclage, station d’épuration…)

* Participer à l’ensemble des salons et des métiers pour informer les étudiants sur les opportunités de la filière. Mise en place d’une communication dynamique (dépliant : ça déchire !)

* Partenariat avec des entreprises d’intérimaires spécialisées dans la réinsertion

* Sessions bimensuelles à Pôle emploi pour déceler des potentiels motivés par l’intermédiaire de mise en situation et de tests. En moyenne 10% des candidats convoqués, peuvent être recrutés.

Le mode de recrutement idéal demeure la voie de l’apprentissage, notamment avec le CFA de Gérardmer.

Les salariés recrutés par d’autres canaux peuvent bénéficier de certification et qualification interne. Enfin, le métier est évolutif et peut permettre à un salarié de prendre des responsabilités rapidement selon ses performances et ses compétences. La promotion interne est une priorité.

12439439_1152721358084910_89613656396636637_n 12670889_979075608827274_3011017962238255852_n 12938324_1152721364751576_8046178672060722033_n

 

Le 3 Mars 2016

   Innothera est une entreprise familiale depuis 3 générations exerçant dans le domaine pharmaceutique depuis 1913. L’usine de Nomexy est spécialisée dans la production du textile médical. Elle est labélisée « origine française garantie ». Le site produit environ 2.7 millions des produits (chaussettes, bas et collants de contention). 97% de la production de textile médical est vendue en France.

L’entreprise se démarque par la qualité des produits qu’elle fabrique et par les services qu’elle propose. Innothera est le n°2 en France sur son marché et détient 20% de parts de marché. Son principal concurrent est Sigvaris, qui est le n°1 avec 40% de parts de marché.

Nous avons été reçus par le RRH, Jean-Philippe BARRÉ, son assistante, Élodie CRUCY (ex-DSRH), et Audrey BEGEL, chargée de missions RH.

La convention collective applicable est celle de l’industrie du textile. En décembre 2013, un accord national de branche a imposé aux entreprises de la branche une refonte de leur grille de classification.

Les nouveaux critères de classification permettent d’identifier les compétences techniques, comportementales et managériales. Pour chaque critère, plusieurs niveaux ont été identifiés, apprenant, autonome, maîtrise et expert. 98 fiches de poste ont été réalisées dont 13 pour des postes de niveau cadre.

L’enjeu était de répondre aux critères de la pesée des postes tout en s’assurant de faire preuve d’équité, en répondant aux besoins de l’entreprise et en veillant à valoriser les parcours professionnels.

Cette démarche a permis de réaliser une cartographie des métiers afin de mieux cibler les besoins de main-d’œuvre présents et futurs, de mettre en place une politique de rémunération plus fine et de favoriser la mobilité fonctionnelle. .

Innothera est l’une des premières entreprises à avoir mis en œuvre cette démarche. La branche professionnelle souhaiterait la prendre pour modèle afin d’aider les plus petites structures qui ne sont pas dotées d’un service RH et qui se retrouvent démunies face à l’ampleur de la tâche.

1916168_1720816158162512_6643030394723111009_n 12821459_1254754371205654_5904377914717991969_n 12806089_1720816151495846_406599196807957604_n

Le 3 Mars 2016

Le groupe est né en 1863 d’une rupture technologique majeure : le procédé de soude à l’ammoniaque mis au point par Ernest Solvay et un petit cercle de proches, dont son frère Alfred. Après quelques années d’incertitudes techniques, Solvay se lança dans une expansion internationale accélérée par la construction d’usines dans l’ensemble du monde industrialisé.

En 1900, 95% du carbonate de soude consommé dans le monde était produit par le procédé Solvay. L’entreprise survécut à deux guerres mondiales, grâce à sa base actionnariale familiale et à des secrets de fabrication jalousement gardés. Au début des années 1950, Solvay se diversifia largement et relança son expansion planétaire.

Nous avons été reçus par M. Pascal RIFF, responsable formation et recrutement national, et Marine LIMOUSIN, son assistante, pour les thématiques RH, et Gilles HEMMER, chef de fabrication adjoint (pour la visite de l’usine).

Notre thématique centrale concernait l’aménagement du temps de travail

L’usine fonctionne tous les jours de l’année 24h/24 et le travail est organisé en 184 postes de 8 heures, assuré par un roulement de 5 équipes dont 2 sont au repos alors que 3 travaillent. Les salariés travaillent 21 jours ouvrés par mois. Afin de pallier à l’accoutumance, la fatigue et les risques éventuels liés à ces rythmes de travail pour la santé des salariés, le temps de travail a été aménagé suite à un référendum effectué auprès des salariés postés.

 1917063_821462931292560_820321314163006188_n 12294684_821496944622492_5587551751915978823_n1934615_821500587955461_6382049308336057476_n 10622968_821497754622411_234304047133113271_n 10628126_821463341292519_3526931524653219996_n 12006191_821462991292554_8659922434516699069_n 12039694_821499314622255_3453825052476755347_n 12039743_821500454622141_1521096297527265550_n 12049655_821497814622405_6491728043622485215_n 12140791_821501064622080_4614573685705209636_n 12417791_821497131289140_5625309507781023110_n12193625_821499377955582_743822964921267604_n   12472417_821497054622481_8020355456809609091_n 12494711_821463101292543_3481363307188323397_n 12494844_821497877955732_3849718378250894364_n 12800346_821500977955422_7168135496138047148_n

Humanum a le plaisir de vous inviter à la première visite d’entreprise de l’année !

Fives Nordon

Jeudi 20 Février de 13h30 à 17h30

 

http://www.fivesgroup.com/fivesnordon/FR/Pages/Home.aspx

Pour s’inscrire, envoyer un mail à Juliette Reinbolt (juliette.reinbolt@gmail.com)

ATTENTION !! Les places sont limitées au nombre de 15 personnes !

Il vous est également demandé de vous rendre sur les lieux par vos propres moyens.

 

> Coordonnées de Fives Nordon

78, avenue du XXe Corps – B.P. 90404   54001 Nancy cedex
(Ligne 1 du tram ; arrêt Cristalleries)

Tel : +33 (0)3 83 39 54 00 (standard)

DRH : Julien CHAVANCE (intervenant Master 2 DSRH)

> Programme de la visite

  • Visite de l’atelier
  • Rencontre de l’équipe RH et si possible Chloé PARNADEAU (ancienne élève M2 DSRH)
  • Rencontre d’un délégué syndical (probablement CGT)
  • Echange sur des thèmes plus généraux : sur le recrutement, la formation, la mobilité et l’organisation du travail (organisation de l’assistance auprès des clients dans tout l’hexagone)
  • Échange sur l’égalité hommes femmes

> Quelques informations sur l’entreprise… 

  • Spécialiste de la tuyauterie haute technicité
  • Fives Nordon conçoit et réalise des équipements de procédé et des usines clés en mains pour les plus grands noms de l’industrie
  • 200 ans de progrès industriel
  • CA > à 115 millions d’€ depuis 5 ans
  • Une Société de près de 1 000 personnes

> Leurs différents projets…

  • Participation à la construction des EPR
  • Participation aux programmes nucléaires français et étrangers
  • Réalisation de tuyauteries HP pour les centrales thermiques dans le monde

> Services

  • Arrêts d’unité et de tranche
  • Maintenance nucléaire et industrielle
  • Travaux de modification de revamping
  • Expertise des installations
  • Proximité, réactivité, flexibilité

 > Leurs différents produits

  •  Cintrage par induction
  • Compensateurs de dilatation
  • Tubes aluminium soudés en hélice (TSH)
  • Tuyauterie et chaudronnerie aluminium
  • Tuyauterie en composite

1060604_680755448641448_53772166_n

 

 

Sans titre2Visite de l’entreprise par les étudiants et enseignants des Masters 2, « Direction Stratégiques RH » et« Conseil et Audit RH »*.

Estelle Mercier, Responsable du Master 2« Conseil et Audit RH » de l’ISAM IAE de Nancy, témoigne :

Sans titre6Ce fut une véritable chance de visiter cette entreprise qui se trouve au croisement des métiers de l’industrie et de l’art. Les étudiants ont été ravis d’entrer au cœur de l’entreprise et de toucher au plus près l’organisation du travail, les savoir-faire et process innovants. Ils ont pu observer une association unique entre des processus industrialisés, développés sur-mesure par les ingénieurs process in situ et des savoir-faire manuels, complètement intemporels. Cette opportunité nous a été offerte grâce au partenariat existant entre la filière RH de l’ISAM IAE et l’ANDRH LorraiSans titrene, lequel est ancien puisqu’il a donné naissance à la création du DESS Direction et Gestion des Ressources Humaines dans les années 90, et vient d’être renouvelé au travers d’une convention signée le 7 février 2013 au Palais des Congrès de Nancy lors de la 3ème Cérémonie de remises des diplômes. La relation se veut institutionnelle, favorisant d’une manière structurée les échanges entre étudiants, enseignants et professionnels, à caractère pédagogique, en cherchant la meilleure adéquation possible entre l’enseignement dispensé et les exigences de la fonction, à vocation de recherche, en réunissant chercheurs et professionnels sur des thématiques d’innovation sociale et RH. L’objectif du partenariat est donc tout aussi ambitieux qu’enthousiasmant !Sans titre7

 

* Cette initiative a pu être concrétisée grâce à l’accord exceptionnel d’Eric Brient, Directeur Industriel de BACCARAT et d’Eric Bigot, Directeur du Département des Ressources Sans titre1Humaines et des Relations Sociales de BACCARAT et membre de l’ANDRH, en réponse à la sollicitation de Williams Desprez, Directeur de Menway Carrières Est et Président de l’ANDRH Lorraine Sud

 

Photo Lucie Loret copyright Baccarat